Numéro du PCS - 425

Mesures de l'Arabie saoudite concernant les crevettes

Maintenue par: Arabie saoudite, Royaume d'
Soulevé par: Équateur
Appuyé par:
Soulevée pour la première fois le: juillet 2017 G/SPS/R/87, paras. 4.6-4-7
Soulevée ensuite le:
Nombre de fois soulevé par la suite: 0
Documents pertinents: Question soulevée oralement
Produits visés:
Mot-clé (sujet) principal: Santé des animaux
Mots clés: Maladies des animaux
Statut: Non notifiée
Solution:
Date communiquée comme résolue:

Extraits des résumés de réunions du Comité SPS

En juillet 2017, l'Équateur a fait part de ses préoccupations concernant l'interdiction imposée par l'Arabie saoudite à l'importation des crevettes en provenance de l'Équateur sur la base de la liste de l'OIE qui indique la présence de nécrose hypodermique infectieuse et de nécrose hématopoïétique infectieuse chez les crevettes dans certaines zones de l'Équateur, et le manque de renseignements sur des maladies telles que la myonécrose infectieuse (IMNV), la maladie des queues blanches et le virus du syndrome de Taura (TSV). L'Équateur a fait remarquer que la nécrose hypodermique infectieuse et la nécrose hématopoïétique infectieuse étaient présentes partout, y compris en Arabie saoudite. Il a expliqué que l'IMNV et la maladie des queues blanches avaient été suivies, mais n'avaient pas été signalées en Équateur, et que les analyses des laboratoires n'avaient pas décelé le TSV pendant les sept dernières années. L'Équateur a ensuite mis en avant son plan de contrôle national qui incluait une analyse périodique des crevettes, dont les résultats étaient notifiés à l'OIE tous les six mois. Enfin, il a allégué que la mesure de l'Arabie saoudite était incompatible avec plusieurs dispositions de l'Accord SPS.

L'Arabie saoudite a remercié l'Équateur d'avoir soulevé cette question et a réaffirmé son engagement à supprimer tous les obstacles non nécessaires au commerce. Elle a expliqué que selon l'OIE, l'Équateur n'était pas encore exempt de nécrose hypodermique et hématopoïétique infectieuse, et que sa situation sanitaire concernant les crevettes n'était pas encore définie s'agissant de l'infection par le génotype 1 du virus de la tête jaune, de la myonécrose, du syndrome de Taura et de la maladie des queues blanches. L'Arabie saoudite a précisé que la suspension des importations de crevettes congelées et réfrigérées en provenance de l'Équateur était temporaire, jusqu'à ce que le problème soit réglé, et que certains produits à base de crevettes provenant de l'Équateur n'étaient pas visés par cette mesure. L'Arabie saoudite a salué la coopération continue avec l'Équateur et a encouragé d'autres discussions bilatérales.